• 47- Les fées (d'un point de vu différent)

    Coucou tout le monde!

    Voilà mon texte pour le concours de K a l y a (http://tell-a-thousand-stories.eklablog.fr/concours-n-1-a125798628). Le but était de réécrire un conte du point de vu d'un des personnages (pas principaux). J'ai réécris "Les fées" (Charles Perault) du point de vu de la méchante sœur... Alors voilà le résultat!


     

    Lorsque ma sœur revint enfin de la fontaine avec un retard conséquent, mère commença à disputer cette incapable . Cependant, lorsque celle-ci s'excusa une chose incroyable se produisit: ma jeune sœur, cette idiote incompétente et affreuse se mis à cracher perles et diamants. Je ne comprenais pas. Comment étais-ce possible? Ma sœur, cette pauvre petite écervelée, cette gamine sans ambition, déversait nombre de beautés à chacune de ses paroles. C'est injuste pensais-je aussitôt. Pourquoi elle? Elle n'est pourtant pas méritante comme moi. Je me donne du mal, moi, pour faire apprécier notre famille et elle? Pendant ce temps mademoiselle ne trouve pas mieux à faire qu'aller "chercher de l'eau" à la fontaine. Dites plutôt qu'elle va se promener. Et en plus elle arrive en retard. Pourquoi est-ce elle qui possède cette merveille? J'en était là de mes réflexions lorsque qu'elle s'expliqua enfin. Elle avait, à la fontaine, rencontré une vieille dame lui demandant de l'eau. Ma sœur, pour lui rendre service avait puisé de l'eau et lui avait tendu pour qu'elle puisse se désaltérer. La femme c'était alors transformée en une fée et lui avait offert ce don pour la remercier. Aussitôt, ma mère et moi décidâmes que c'est moi qui irai chercher de l'eau le lendemain en espérant que la fée serai alors présente et qu'elle me ferai le même donc ou un encore plus merveilleux.

    ***

    Je partis donc à la fontaine de bon matin. La chaleur devenais de plus en plus importante et elle me paraissait désormais insoutenable. J'espérais que la vielle serai là et que je n'aurais pas fait tout ce chemin pour rien. Ce dont je le méritait bien plus que ma sœur et je suis certaine que mère pense la même chose. Un tel don juste pour un peu d'eau? Je ferais bien mieux, j'aiderai même cette "pauvre femme" à rentrer chez elle s'il le faut. Le trajet était arasant mais je tenais bon. Il était hors de question que je rentre à la maison sans un don exceptionnel.

    Enfin, j'arrivais à la fontaine. Je puisais mon eau quand une belle et jeune femme richement apprêtée arriva. Elle me demanda immédiatement si je pouvais lui puiser quelques gorgées d'eau. Je refusais. Elle était assez jeune et dégourdie pour se servir toute seule. Je ne voyais pas pour quelle raison j'aurais dû accepter. Moi, j'attendais seulement un vieille femme qui m'offrirai un cadeau merveilleux. J'avais fait une grosse erreur: la femme à qui j'avais refusé de donner de l'eau était en réalité la fée. Pour me punir de mon cœur sec, elle me lança un sort: à chaque parole, je cracherai serpents et crapauds. Je n'y croyais pas, c'était impossible. Je suis donc rentrée à la maison comme s'il ne s'était rien passé. Cependant, lorsque j'ai voulu raconter ce qui c'était passé à mère, je me mis à cracher d'horribles choses. Mère s'en alla immédiatement battre ma sœur. La jeune effrontée s'enfui alors en courant.

    ***

    Au bout de quelques jours, ma mère, me haïssant au plus au point pour ce que je répandais à chaque parole me chassa de la maison. Personne ne voulut m'accueillir, je errais seule à la recherche d'un logement. Je ne trouvais rien. Je finis alors par m'assoir dans un bois. J'avais faim, j'avais soif, je n'en pouvais plus. Je suis morte. Désormais je ne suis plus qu'un fantôme, je erre sans but en attendant de partir. Je préfère largement errer, je ne veux pas aller là où je devrai, je ne veux pas aller en enfer.

    Mimi


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :