• Votes du concours n°1

    Coucou tout le monde!

    C'est ici que vous pourrez voter pour le texte que vous trouvez le plus touchant /qui vous plaît le plus du concours et ainsi désigner le vainqueur!

    Je vous rappelle la règle qui compte pour vous: Vous ne pouvez voter qu'une seule fois alors...choisissez bien! Vous mettrez votre vote dans les commentaires par le numéro du texte et le nom du participant. Vous avez jusqu'au 6 juin. Voilà! Place au texte et bon vote!

     

    1.~Lou~

    Mais où est l’horizon ?

    Je marche le long du sentier. Il pleut. La tempête fait rage dehors. Elle ne fait pas que rage dehors. Il y a une tempête en moi aussi. Les gouttes d’eau tombent par terre. Ruissellent dans mes cheveux. Mouillent mes cheveux. Il y a du brouillard. Je n’y vois pas très clair. Je ne vois pas la fin de ce chemin. Je ne vois plus l’horizon. Je l’ai perdu de vue depuis longtemps maintenant. Je continue d’avancer en essayant de faire le vide. Peine perdue. Son visage, son odeur, sa voix, tout reste encré en moi. Contre mon gré. J’aimerai tellement réussir à tout oublier. Mais ce n’est pas possible. Je le revois encore, me disant qu’il m’aime. Comment ai-je pu le croire ? Etait-il sincère ? J’en doute. J’essaye de calmer ma colère, d’apaiser ma douleur. Mais rien n’y fait. Le tonnerre tonne, il y a des éclairs qui zèbrent le ciel. Je retiens mes larmes. Je ne veux pas pleurer. Pas pour lui. Qui ne les essuiera pas. Alors, je me retiens. J’avance, sans voir l’horizon, en essayant de passer outre mes émotions. Puis, tous les souvenirs affligent. Comme s’ils voulaient me dire « Non non, tu ne nous oublieras pas, on restera toujours là. ». Mais pourquoi ? Je préférerais tout oublier. Je repense à tout. A nos débuts, à sa déclaration d’amour maladroite, à ses « Je t’aime », à ses baisers si tendre et doux. Et puis, je repense à notre fin. Quand tu m’as dit « Adieu ». Je n’y croyais pas. Je ne voulais pas y croire. Je ne savais pas qu’une rupture pouvait faire si mal. Mais je t’aimais. Et je t’aime toujours même si je voudrais t’oublier. Faire comme si tu n’avais jamais exister. Je suis en colère, contre toi. Je me demande pourquoi tu m’as fait ça. Moi qui croyais que tu m’aimais. Ou alors, ce n’était peut-être qu’une illusion. Une illusion de la réalité. Je t’entends encore me chuchoter tout bas, « Tu es belle ». Et moi, ça me faisait rougir. Il pleut encore plus. Je mets alors à courir. Pour échapper à cette tempête. Je voudrais que le soleil apparaisse mais non, il fait noir. J’ai l’impression que plus je m’avance, plus l’horizon s’éloigne. J’aimerai sortit de ce chemin, ce chemin de douleur et de colère. Mais ma peine est trop grand, inconsolable. Je suis pitoyable. A pleurer pour toi alors que je me l’étais refusé. Mais c’était trop dur. Ce qui me tue le plus dans tout ça, c’est cette phrase que tu m’as dit à la fin « Ce n’est pas si grave que ça et on peut rester amis tu sais. ». Si c’est grave, non on ne peut pas reste amis. Je ne veux pas être ton amie. Je veux être celle que tu aimes, celle que tu désires. Mais non, rien ne va jamais comme je le souhaite. Je pense à toi, mon esprit vagabonde entre des milliers de pensées et de souvenirs. Je n’en peux plus, de courir, de pleurer, de vivre tout simplement. J’aimerai tellement réussir à passer cette tempête mais je sais très bien que c’est impossible. Et puis, de tout façon, je n’ai même plus la force d’avancer. Avancer vers où ? Il ne peut pas avoir pire et je ne veux plus être heureuse. Sans toi, ça ne sert à rien de vivre, sans toi, je ne fais qu’exister. Et je ne veux pas me contenter d’exister mais vu que tu ne reviendras pas, je ne veux plus vivre. Plus avancer. Alors que la fin est juste là. Mais je suis restée debout trop longtemps. J’ai faiblit au mauvais moment. Mais qu’est-ce que j’y peux moi ? Je veux juste être seule, triste et m’arrêter. M’arrêter de vivre. Je trébuche, je titube, je ne tiens plus debout. Je m’effondre à terre. Je ne fais rien pour me relever. Je suis perdue. Au milieu de la tempête qui fait rage. Tant pis. Je la laisse passer et peut-être que ça ira mieux après…

     

    L’horizon est juste là, mais je ne veux plus le rejoindre. Je suis bien, ici, sur ce chemin de colère et de douleur. Je suis à ma place.

     


     

    2.Maéli. 

    A chaque fois c'est la même histoire. 

    Je crois que j'ai le pouvoir de les retenir, je crois que l'étincelle qui brille dans leurs yeux est synonyme d'éternel, à chaque fois je me jette à la mer ; sans un regard en arrière.

    Comme du brouillard, il me passe entre les doigts ; je suis un parapluie dans la tempête. L'amour m'a laissée sur le bord de la route, sans boussole ni carte. Ma seule valise s'appelle passé et elle s'accroche à ma jambe comme un murmure, je ne cesserai de te hanter.

    Chacun ses fantômes.

    Je nous revois encore, à rire dans l'herbe, sous les caresses d'un soleil insolent, je t'entends, dans le vent, me chanter cette chanson sur un fond de guitare ; j'avais les larmes aux yeux.

    Je nous revois encore, rire aux éclats, rire au nez de la peur des on dits des kilomètres et des mots qui sonnent comme "impossible" ; j'aurais cru à n'importe.

    On n'avait plus peur de rien, pas de demain ; je pensais qu'il y aurait au moins toi.

    C'est triste, hein ?

    Mais tu le savais, que cet amour me consumait ; mais tu me disais que toi aussi, qu'on était montés sur le même bateau.

    Le soleil brille le soleil pleure, l'amour s'est enfuit, sur son tapis de diamants.

    Mon radeau s'est échoué sur le rivage ; mon espoir a fait naufrage.

    Dis-moi, elle aussi tu l'as aimée au premier regard ?

    Elle aussi, elle riait aux étoiles ; tu l'as prise dans tes bras, et elle a frissonné ?

    Mon coeur se brise, comme un cristal qui dégringole les escaliers ; on entend les cling cling des bouts de verre sur le sol.

    Le tic tac du temps s'écorche sur ma peau et voilà que les souvenirs s'écaillent ; encore un amour qui m'a écrasé le coeur, sans un regard. Je referais le puzzle de mon coeur.

    Unes à unes, les étoiles s'allument, au creux de la nuit ; elles veilleront sur ce qu'il reste de nous.

    Jusqu'à ce que nous soyons poussières, ma lumière.

     


     

    3.Nienor

     

    Le dix-neuf mars mille neuf cent vingt et un, Lyon.

     

    Mes chers parents, ma chère Julie,

     

    Je suis pas allée au cours de broderie. Je savais que je le raterais. Ma conscience me disait de pas le faire mais ma confiance, je l'ai fait taire. Là où j'irai, le monde n'est pas pareil. Peut-être que là où je vais, il y a des étincelles. Grand-mère, elle me disait que j'avais des étincelles dans les yeux. Je veux pas être toute seule à briller.

     

    Mes étincelles, j'arrive pas à les calmer. Et les autres, ils se moquent. Parce qu'une fille ne doit pas avoir d'étincelles. La fille, elle est faite pour broder et donner des enfants. Je sais qu'ils sont bêtes mais ils m'atteignent. Je veux pas pleurer devant eux.

     

    Alors je pleure dans ma chambre. Je veux sortir de cet endroit horrible. Je veux partir. Alors, j'ai loupé le cours de broderie. Exprès. Je rentrerais pas à la maison, ce soir. J'ai juste pris mon argent économisé en vendant des broderies depuis des mois, la vieille veste de Grand-mère, quatre livres, du papier et un stylo dans mon sac. J'ai pas pris mon corset, j'ai pas pris mes broderies. Je suis libre.

     

    Je veux pas me souvenir de vous, je veux pas me souvenir d'eux. Je veux aller vivre dans d'autres yeux. Des yeux rebelles qui ont donné le droit de vote aux femmes, où elles peuvent aller travailler toutes seules. Je veux rencontrer l'Amour. Je veux plus me taire et accepter que les autres, ils soient bêtes et qu'ils se moquent de moi.

     

    Je ne vous parlerai pas de cet endroit où je vais. J'irai de villes en villages pour diffuser la poésie de la vie. J'ai reçu un don, je vais pas le gâcher ici à rien faire. Je m'arrêterais peut-être quand j'aurais trouvé l'Amour.

     

    L'Amour, il acceptera cet enfant qui naîtra bientôt. Cet enfant pour lequel je ne veux pas que vous supportiez la honte.

     

    Votre fille, ta sœur, ma Julie, elle n'est pas libre. Moi je le suis. Donc je ne suis plus votre fille ou ta sœur, sauf si Julie, tu deviens comme moi.

     

    Oubliez-moi.

     

    Marie.


     

    4. K a l y a

    3 Juillet

    C'est bien triste de commencer un journal de cette manière. Si je l'écris c'est pour te compter chaque instant important de ma vie, même si tu n'es pas là, tu vis à travers mes mots, je sais que de là où tu es tu me vois écrire, et penser à toi...

    Il y a comme un trou dans mon cœur depuis que tu es partis, depuis que tu nous à laissé! Les parents sont dévastés... L'été sans toi n'a plus de couleur, comme une sorte de ciel sans étoiles, sans soleil, sans lune, sans rien.

    Comment vais-je combler ce vide? Combler ses pages? A quoi bon raconter mes journées sachant qu'elles ne sont plus intéressantes maintenant que tu n'es plus là? Avant je pensé avoir une vie monotone, mais je réalise qu'elle était merveilleuse avec toi! Un seul "bonjour" de ta part, suffisait à me faire sourire! Mais je ne voyais pas ça...

    Tu me manques.

     

    6 Juillet

    Tu me manques.

    Aujourd'hui je suis allée au manoir abandonné, tu te souviens de lui? A nos 8 ans on y jouait, c'était notre repaire secret! A nos 14 ans, on y passait nos soirées, on y faisait des batailles d'eau en été: c'était notre coin rien qu'à nous. On y est plus jamais allé "après". Mais aujourd'hui je l'ai fait, c'était dur mais j'y suis partis! J'ai poussé les portes de celui-ci, ça me remémoré tant de souvenirs... Je suis entrée dans la salle principale, la "salle de balle attitrée salle de batailles"puis, j'ai monté les marches de marbre, tout en m’appuyant sur la rembarre de bois, j'ai trébuché, une nouvelle fois, au même endroit. Et en tombant j'ai vue que sur une des barres il y avait nos initiales "R. Z." je n'ai pas pu m'empêcher de pleurer, si tu avais été là tu m'aurais dis de ne pas faire ma chochotte, tu m'aurais ensuite consolé car tu aurais vue que ces mots m'auraient encore plus touché et encore plus fait pleurer, tu m'aurais pris dans tes bras et m'aurais dit que dans la vie il faut être fort. Je te disais toujours que je le serais, mais voilà je n'y arrive pas! C'est trop dur! Après m'être rappeler tes mots je me suis levée et je suis montée dans le couloir des mirroirs, celui où tu as brisés deux de ce qui était accrochés, plus que six reflétés mon visage attristé. Je vais dans la troisième chambre, notre favorite, sur l'un des murs j'ai vue le dessin de la rose. Celui que tu m'avais dessiné à nos 11 ans... Derrière un des cousins du sofa je vie un tissu rouge. Je l'ai pris et là je l'ai vue: ton foulard fétiche. Celui que je te volais à chaque fois. Je l'ai mis, je l'ai enfilé dans mes cheveux... Je ne sais pas d'où m'est venue cette force, dire que je voulais rebroussais chemin au moment où j'ai vue le dessin... Je suis partis ensuite. Il pleuvait...

    Tu me manques.

    9 Juillet

    Aujourd'hui, les parents m'ont amenés derrière le jardin, j'y ai vue un chiot tout mignon, un husky aux yeux bleus clairs, ils voulaient me faire t'oublier quelques instants dans les journées de jeux que je partagerais avec ce chiot mais c'est raté: ses yeux me font rappeler ton regard doux et rassurant. Je l'ai appelé Zacky.

    Il est vraiment mignon... Je l'aime bien... Mais j'aurais voulue que tu sois là pour partager mon bonheur.

    Il me fait penser à toi... Je lui ai mis ton foulard autour du coup. J'espère que tu n'y vois pas d’inconvénient?

    Grand mère nous a ensuite rendus visite, elle haie les chiens, et quand elle a vue Zacky elle lui a mit un coup de pieds, j'ai hurler, crier, et pleurer. Comment avait-elle pu oser toucher à mon chien! Mon frère! C'était comme si elle t'avait frapper! J'ai pris le chiot dans mes bras et je suis partis au manoir. J'ai assez faim... Je compte passer la nuit ici... Comme on le faisait avant...

    Tu me manques.

    10 Juillet

    Je me suis réveillée à l'aube! Passé la nuit dans ce manoir -sans toi- m'a fait très peur... Mais il y avait Zacky pour me tenir compagnie...

    Cet après-midi je suis restée dans ma chambre: punie. J'étais triste très... Plus que je ne l'étais hier, avant-hier et avant-avant-hier! Je me rappelle de quand j'étais punie... Tu restais toute la journée avec moi pour me tenir compagnie... Tu te punissais toi aussi...

    Mais aujourd'hui, c'est Zacky qui m'a tenu compagnie -une nouvelle fois- à son tour.

    Ce soir, nous avons mangé une tarte aux fraises... Ton troisième plat favori.

    Quoi que je fasse je me souviens de toi, et ça me tue tout doucement.

    Tu me manques.

    13 Juillet

    Je suis en colère! Tout va mal! La municipalité du village on décidé de rasé le manoir pour pouvoir y construire des habitations!

    Tout va de travers depuis que tu n'es plus là... Tu me manques! Chaque jours je pense à toi... Chaque jour je pleur pour toi! Tu me manques tellement!

    Je ne pourrais jamais enterrer le passé! Je ne suis pas assez forte... J'ai mal de par tout, mon cœur souffre tellement! Je ne sais plus quoi faire... Il ne me reste plus rien de toi, ne serait-ce que ton sourire qui s'est perdu haut dans les étoiles, ne serait-ce que ton rire qui s'évapore dans le vent, ton regard qui s'étire vers le soleil!

    Avec le manoir qui sera rasé, c'est tous nos souvenirs qui vont partir, une partie de toi et de mes pensées. J'ai beau m'y être opposé en m'attachant au tronc d'un arbre, rien à y faire... Ils vont le rasé un point c'est tout!

    Si seulement tu étais là Zack! Nous sommes jumaux, tu es une partie de moi depuis la naissance, et tu t'en vas. Tu vis à travers mes mots, et tu vis éternellement dans mon cœur.

    Même si notre repaire secretnotre anti-chambre, notre somptuaire, nos souvenirs sont rasés, tu fais partis de moi: tu es immortel.

     

    Zack, est mort à l'âge de 16 ans d'un cancer, sa jumelle, Rose, désespérée, écrit un journal intime dédié à son jumeau qui la quitté trop tôt, selon elle. 

    Rose habite à la campagne. Loin de son village, demeure un manoir isolé et abandonné: le lieu des souvenirs.


     

    5. BlogueuseNANA

    Je me retrouvais dans ma chambre, assise sur mon lit, ne croyant pas ce qu'on venait de m'annoncer au téléphone. Mon monde était tombé en éclats, comme si le miroir de ma vie avait perdu toutes couleurs. Il était figer dans un gris noir indescriptible. Je ne me rappelle pas si quelqu'un m'a enlevé mon téléphone des mains ou si il m'avait échappé. Cela ne pouvait être possible, je ne pouvais y croire. A partir de là, je me suis mis a suffoquer. J'avais l'impression de me retrouvais dans les profondeurs d'un océan glacial. Je me rappelle d'avoir trembler et de mettre recroquevillé sur moi-même. Je n'entendais plus ce que les autres disaient, je voulais juste qu'ils partent, qu'ils me laissant seule, j'avais besoins d'être seule. Comment cela étais possible ? A partir de ce moment je me suis mis a pleurer, je ne pouvais plus m'arreter.

    Ce soir là, quand on m'a appelé pour manger je n'y suis pas aller. Je suis resté là, assise a voir mes draps ce remplir de larmes. J'avais l'impression que j'étais une coquille vide, comme si c'était moi qui étais partis. Je me suis endormis à travers les larmes ce soir là, morte de fatigue. Le lendemain, ma mère ne vint même pas me dire d'aller au lycée et heureusement car, j'en étais incapable.

    Je suis resté allongeais dans mon lit a regardé le ciel viré dans un rose orangés jusqu'au noir profond de la nuit. A partir du deuxième jours je suis partis de la maison, je ne pouvais pas rester là, trop de souvenir, j'ai vagabondé dans les rues tel un fantôme, de manière mécanique, évitant les lieux où j'avais l'habitude d'aller avec lui.

    Puis jusqu'au moment où j'arrive chez lui. Des gens habillés en noir rentrer et sortait en pleurs. Mais moi, face à cette maison je suis resté pétrifié, incapable de bouger, un peu comme une ombre qui a peur du soleil . Je ne voulais pas y croire. Il ne pouvait pas être partis, m'avoir laissé seule dans ce monde froid et glacial. Je devais vérifier, à ce moment là je suis rentré dans la maison et le brouhaha ce tassa à mon arriver, personne n'osa m'adresser la parole. J'ai monté les escaliers jusqu'à sa chambre. Je suis entré évitant tous d'abord le centre regardant tous les murs ou des photos de nous étaient accrochés, des objets m'appartenant traîner un peu partout comme toujours, j'avais pris l'habitude de laisser mes affaires chez lui. Puis j'ai fermé les yeux pour les rouvrir et voir son visage blême et dépourvu de vie dans son lit. De la je me suis écroulée au sol ne pouvant pas m’arrêter de pleurer. Il m'avait vraiment laissés seule. Il était vraiment parti. La personne qui a volait mon coeur n'est plus de ce monde et ne reviendra jamais.


     

     


  • Commentaires

    1
    Mercredi 25 Mai 2016 à 14:57

    Il y a beaucoup de concurrence! (J'ai aucune chance XD)

    Mais est-ce que toi, tu décides aussi un peu? Ou pas?

    2
    Mercredi 25 Mai 2016 à 15:06

    J'ai aucune chance ! Je vote pour le texte de Lou qui me touche beaucoup.

      • Mercredi 25 Mai 2016 à 15:13

        MDR. Tu as toutes tes chances, on ressent beaucoup d'émotions dans ton texte. Et puis en plus, il est original, alors c'est bien aussi! Mais merci quand même! ^^

    3
    Mercredi 25 Mai 2016 à 15:26

    Oui je vote aussi! Je fais un classement des 3 premiers et j'attribue des points ( le 1er en a 3, le 2ème 2 et le 3ème 1). Je les donnerai à la toute fin en même temps que les résultats (comme ça il reste un peu de suspens. Et vous aussi vous avez votre mot à dire. Vous pouvez voter (mais pas pour vous évidement)

    4
    Mercredi 25 Mai 2016 à 17:18

    Moi je vote pour le texte de Kalya car je le trouves très émouvant (peu être a cause de mon vécu personnel). Magnifique texte

      • K a l y a
        Mercredi 25 Mai 2016 à 17:24
        Ah merciiii!

        Je viens de poster un comm' disant que j'avais zéro chance xD merciiii!
    5
    K a l y a
    Mercredi 25 Mai 2016 à 17:23
    Je ne sais pas trop pour qui voter: vos textes sont si beaux !!!

    Je nai vraiment aucune chance je l'ai un peu baclé mon texte car c'était la fin du delais accrdé xD!

    En tout cas bravo à tous vos textes sont super :D

    J'ai vraiment zero chance c'est trop marrant xD genre je suis la pomme dans un fast food xD ou plus tot le steak dans un resto vegétarien ou ... Enfin vous m'avez comprise xD
    6
    Mercredi 25 Mai 2016 à 21:36

    Du coup K a l y a je te laisse réfléchir à la personne pour qui tu veux voter (enfin si tu veux)

    Pour tout le monde: je vous invite à en parler pour qu'il y ait des votants ^^

    7
    Jeudi 26 Mai 2016 à 20:18

    Je vote pour Maéli

    8
    Vendredi 27 Mai 2016 à 10:27

    (J'ai fait de la pub sur mon blog ;) )

    9
    Vendredi 27 Mai 2016 à 16:24

    C'est super dur de chosisir x_x

    Je vais choisir Blogeuse Nana ^^ ♥ parce que ... J'sais pas ça m'a émue :D!

      • Samedi 28 Mai 2016 à 09:52

        Merci beaucoup ^^

    10
    Vendredi 27 Mai 2016 à 17:46

    Ok! Je note ça!

    11
    Vendredi 27 Mai 2016 à 18:03

    Je vote pour le texte de Lou

     

    PS : tout les textes sont très beaux

    12
    Samedi 28 Mai 2016 à 10:14

    Ca risque d'être assez difficile à choisir étant donné qu'ils sont tous géniaux x_x j'hésite fortement entre le texte de Kalya et de Maéli. :')

    13
    Dimanche 29 Mai 2016 à 19:21

    Tous les textes sont véritablement magnifiques et plein d'émotions. Le choix est très difficile ; après avoir fait plusieurs relectures, mon dévolu se porte sur le texte n°4 de Kalya, qui me touche de très près entre les lignes.

    Bravo à tout le monde en tous cas !

      • Dimanche 29 Mai 2016 à 20:11

        Merci pour ton vote ♥_♥!

        Je ne pensais pas avoir un seul vote x)! ~ ça me fait plaisir!

      • Dimanche 29 Mai 2016 à 21:32

        Mais de rien, je l'ai fait avec le cœur. C'est vraiment un très beau texte, et je trouve sympa de l'avoir présenté tel un journal intime. Je trouve qu'on se sent encore plus proche du personnage.

      • Mardi 31 Mai 2016 à 17:43

        Merci encore :) ♥

    14
    Dimanche 29 Mai 2016 à 19:23
    15
    Dimanche 29 Mai 2016 à 21:30

    Merci de vos votes! Je les note!

    16
    Lundi 6 Juin 2016 à 17:10

    Les résultats sont-ils publiés aujourd'hui ou demain? :o :) ♥

    17
    Jeudi 9 Juin 2016 à 17:56

    Les résultats viennent d'être publiés (désolé du retard)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :